Ceinture de Chasteté

25 mars 2019 1 Comment

Quand à 15 ans tu t’engages dans un groupe de prière catholique sectaire, ton corps devient le tombeau de ta sensualité, synonyme de tentation pour les garçons, tu dois te couvrir les épaules et la gorge. Ne pas désirer, ni l’homme, ni la femme.  

Les années dans ce groupe, ce sont les années de la grande tromperie envers toi-même. Tu te renies dans ton désir, dans tes mouvements, dans ta spontanéité. Tu deviens statue-figée au sourire parfait. Une bonne catholique, une future religieuse. Tu as 16, 17, 18 ans… Tu es devenue cette odeur d’encens. Tu as oublié ton corps. La lutte intérieure est continuelle, tu cherches où est Dieu, tu pries de plus en plus pour supprimer tes pensées. Tu te punis de vouloir, de vouloir tellement plus, tellement autre…

 

Puis tu tombes amoureuse. Pour la première fois de ta vie. C’est une tornade. Ta muraille de perfection s’ébranle. Ta volonté de t’enfermer au couvent pour anéantir ton corps sous un voile et une robe informe devient flou, sonne faux, respire mal face à l’amour, face au désir vivant qui ranime ton sang. Tu aimes. Une fille. Tu as 20 ans, ton corps sort doucement de son immobilité mortuaire, il oublie d’égrener les chapelets et ose enfin recevoir des baisers. De presque religieuse à amoureuse, de semi-morte à vivante… Tu retrouves ton corps. Tu retrouves ta vérité.