Le moche – Ne plus être pour ne plus être moche

18 juillet 2019 No Comment

Pas beaucoup à dire sur cette pièce si ce n’est « Allez la voir! »

 

C’est une pièce qui se sent plutôt qu’elle se raconte.

C’est une pièce qui fait mal c’est sûr, qui fait mal de son grinçant rappel de la plus grande horreur de notre époque moderne:

la désindividualisation.

 

On vit le dégoût, le rire, l’absurdité, la gêne, la tendresse, la poésie, la laideur, la cruauté, l’indifférence… de notre époque. Et le délitement des liens…

Ça fait mal, vraiment, et c’est à ne pas manquer!

Et le jeu des acteurs est juste incroyable. Six jeunes acteurs absolument époustouflants de justesse et d’énergie. Si on veut savoir un peu ce que veut dire « incarner un rôle » plutôt que l’imiter… il suffit de voir cette pièce.

C’est en tous cas une pièce très profonde, que je conseille à des adultes. J’étais plutôt gênée de voir des enfants et des pré-adolescents dans la salle. Je ne pense pas qu’ils aient la distance nécessaire pour être nourris par cette pièce plutôt que fragilisés dans la délicate construction de leur sexualité.

Personnellement j’ai été très influencée, dans mes fantasmes et toute ma sexualité adulte, par les scènes que j’ai vues et vécues de 12 à 14 ans (et même certaines scènes à 17 ans), et j’aurais bien aimé m’en passer!

En revanche comme adulte, j’ai besoin de me confronter à tout ce qui est encore à travailler dans mon rapport au monde, à l’autre, à moi… tout ce qui est encore « moche » dans ma sexualité, mes amours, mon individualisation… Et cette pièce est un formidable réveil, un merveilleux médicament, et un joyeux appel vers plus de joie, plus de vérité, plus de profond lien humain.