Métamorphoses – l’insolence romantique

16 juillet 2019 No Comment

Métamorphoses d’Ovide au festival off d’Avignon

Le nouveau punk c’est le romantisme

Grande émotion devant l’humanité de Guillaume Cantillon sur scène.

Cet homme qui ose complètement le romantisme, clamant sur scène une chanson d’amour folle presque bébête mais bouleversante si on la prend au sérieux! Qu’est-ce qu’il est sexy. Qu’est-ce qu’il est rock ’n’ roll! Qu’est-ce qu’il est viril!

Mais c’est ça!!

un homme!

 

Il est comme ça

Mon homme

 

On a méprisé les hommes pour leur désir mais qu’est-ce que j’aime ces hommes et leur désir fou éternel intransigeant poétique terrible extrême pour UNE femme!!

Et qu’est-ce que j’aime mon homme…

 

Ce romantique fou qui m’a rendue parfois terrassée de joie ou de détresse par son intransigeance d’amour, mais qu’est-ce qu’il est viril dans son désir à la Orphée!

 

Si on osait à nouveau aimer les hommes dans leur folie d’amour, leur jalousie, leur intensité,
est-ce qu’ils oseraient à nouveau aimer pleinement?

Et ces hommes qui disent qu’on leur a coupé les couilles avec le féminisme, ces hommes qui geignent et qu’on a envie d’envoyer chier avec une bonne leçon de morale sur les droits de la femme…

est-ce que ce dont ils se plaignent – qu’ils trouvent les mots ou pas – ce n’est pas davantage d’une peine inconsciente pour la perte du romantisme que d’une vexation pour la perte de leur domination ?

Certains en tous cas?

Certains qui ne le savent pas mais qui auraient soif d’être des hommes à la Serge Gainsbourg, à la Balzac… des hommes dont le seul vrai bonheur serait d’aimer une femme, de se donner à elle,
de devenir aussi… vulnérables, fous, un peu instables,
que puissants et pleins de potentiel par cet amour osé?

des hommes dont la plus grande soif vitale est d’avoir l’insolence d’oser se donner passionnément
à un être humain imparfait qui nous complète et peut nous faire mal et nous fait évoluer?

Est-ce que ce n’est pas ça, la vraie puissance qu’ils regrettent inconsciemment, les vraies couilles, la vraie virilité : la noblesse d’aimer à la folie?

Les comptes Instagram comme Exrelou et d’autres nous mettent en garde avec humour contre le harcèlement et c’est très bien.

Mais parfois ils vont assez loin et ils donnent aussi le sentiment que si on ne passe pas avec aisance et sans remous d’un amour à l’autre, c’est qu’on est un peu nul. Qu’on n’est pas cool. Pas valide…

 

C’est bien la libération sexuelle mais parfois ça va trop loin et on sent une sorte de pression pour s’arracher du cœur la passion naturelle qu’on sent envers un grand amour.

Être romantique aujourd’hui, c’est presque une rébellion.

Ressentir cette passion amoureuse monogame, exclusive, pour toute la vie. Ne vouloir aucune autre euphorie sexuelle et amoureuse que l’euphorie d’aimer un autre être pour toujours…
Oui c’est une rébellion contre toutes sortes d’injonctions qui pèsent sur nous.

On dirait qu’un nouveau dogme amoureux s’est imposé, celui de la polygamie successive… On ne se donne plus à un amour mais à plusieurs amours : on est considéré fidèle si on veille bien à vivre chaque amour l’un après l’autre, et on est considéré un peu malade ou coincé si on a un cœur qui ne veut se donner qu’à un seul amour, dans une monogamie qui dure toute la vie.

D’Orphée aujourd’hui on ne dirait pas qu’il montre l’absolu de l’amour, de la rencontre entre deux êtres qui se reconnaissent et ne peuvent se remplacer par aucun autre…

Non on dirait qu’il est l’ex relou par excellence, qui ne sait pas passer à autre chose.

Il y a des gens qui ne renoncent pas à leur ex quand il les quitte mais alors lui c’est pire, il n’y renonce même pas quand elle meurt ce con…

 

Et cette pièce, Métamorphoses, si douce, sexy, romantique…
elle fait du bien.
Tout simplement.

 

 

« Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. »

Musset

 

« Tu es la personne de ma vie, tu es à moi et je tuerai quiconque essaiera de t’enlever.
J’excuserai toutes tes erreurs,
pour le meilleur et pour le pire.
Je suis ton amour inconditionnel.
Je suis un inconditionnel de Jane. »

Gainsbourg

 

 

« L’amour n’est pas seulement un sentiment, il est un art aussi. »

Balzac

 

Pour aller plus loin:
Écoutez ça: The mind’s eye
Et allez voir ça: Never look away – Ne regarde jamais ailleurs